DSCN4917

Salut Jonquille,

C'est solide ces jolies fleurs jaune comme le soleil les dernières sorties sont tout devant, encore en boutons elles font la révérence.

 

Une Jument, comme ça, Hier 1er Mai nous sommes allés nous promener sur la montagne qui domine notre ville et qui se nomme Pouillerel.

Il culmine à 1600m et de son sommet facile à monter, nous dominons d'un côté la France avec son plateau du Haut Doubs, et de l'autre la Suisse, avec à 1000m. la vallée ou s' étale notre ville La Chaux-de-Fonds. au milieu du Mt Pouillerel se trouve une ferme qui fait restaurant rural.  Les grandes tables

Avec leur banc à enjamber façonner dans les belles planches coupées dans les beaux sapins qui nous entourent.

Le site s'appelle " Le Maillard" car c'est le nom du fermier bucheron qui il y a près de 200 ans à choisi de construire sa ferme dans ce pâturage. Depuis environ cent ans différents Paysans et leur famille ont repris le domaine et environ depuis la fin du 19iè siècle ont installé un restaurent rural

où ils cuisinent, uniquement les produit du terroir. Et c'est bien bon. 

DSCN4919

Une jument que l'on croirat scotchée, elle sent l'orage et a très peur, son maitre va la renter dans son écurie.

DSCN4921

Depuis mon coin de rue pour vous montrer que notre printemps s'est enfin décidé, à nous montrer le bout de son nez.

DSCN4922

Le même coin mais au zoom

dscn4546

La Fontaine des 6 pompes, sur la place du même nom, cette fontaine alimentait en eau, toute la ville qui s'arrêtait là, et c'était vers 1854.

Elle est vraiment belle et est toujours actionnée à la main mais une seule pompe fonctionne avec un filet d'eau. Bon mais oui mon mari je m'arrête et je viens. oh! làlà les hommes.

Bon ben je vais là où on m'appelle.

Je vous envoie des gros bisous à vous tous mes amis que j'aime,et j'attends avec plaisir ceux de qui je n'ai pas eu de nouvelles depuis un certain temps.

mon_reve_familier

Ce poème qui est gravé au fond de mon coeur et me fait penser à ma mère.

Mamine Papa,

Voilà Ma Maman en 1928, c'est elle qui rayonne dans ma mémoire lorsque je lis ce poème de Paul Verlaine, car elle le chantait mis en musique par mon Papa et accompagné au piano par ma Grand-maman, qui aurait donné le monde pour sa fille unique qu'elle adorait plus que tout.

copie de DSCN4894(1)

Ces petites fleurettes qu'elle aurait aimée cueillir, et presser dans ses mains en chantant elle chantait comme une fée c'était doux et merveilleux.

Merci et à bientôt. Bisous de

Josette